Star Wars Fracturae

Forum RP Star Wars se déroulant 1000 ans après la Bataille de Yavin
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Capitaine Dagmaer Dilivan de la Lune Noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Base de données :: Identification
avatar

Feuille de personnage
Alignement: Neutre
Âge:
Armes: Blaster lourd ; sabre-laser rouge
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 21
MessageSujet: Capitaine Dagmaer Dilivan de la Lune Noire Jeu 6 Juil - 11:19
▬ DAGMAER DILIVAN
IDENTIFICATION

NOM •  Dilivan
PRÉNOM •  Dagmaer
SURNOM(S) •  Dag, le Démon, Capitaine Dilivan

SEXE • Masculin
ESPÈCE • Dévaronien
ÂGE • Une quarantaine d'années
MONDE D'ORIGINE • Inconnu

GROUPE(S) • Lune Noire - Hypernaute
RANG(S) • IV – Confrère de la Nuit ; III - Navigateur


 
FORMES DE COMBAT & POUVOIRS DE FORCE


FORMES DE COMBAT •
Shii-Cho maîtrisé
Djem So maîtrisé
Shien So maîtrisé




POUVOIRS DE FORCE •
(Indiquer vos pouvoirs de Force, en vous référant aux indications présentées ici)

Rang I Tous.
Rang II Déflexion de Force niv. 1 ; Navigation de Force Standard ; Sens de Force niv. 2 ; Saut de Force ; Télékinésie ; Télépathie niv. 2.
Rang III Bouclier de Force ; Déflexion de Force niv. 2 ; Navigation de Force Confirmée ; Réseau de Vie.
Rang IV Aucun.


 
PROJECTION HOLOGRAPHIQUE

Dévaronien massif culminant à près de deux mètres, Dagmaer Dilivan est une véritable force de la nature. Naturellement musculeux et affermi par l'exercice et le combat, ce capitaine, célèbre dans les milieux de la pègre galactique, n'est pas de ceux à qui on cherche querelle dans la rue. À sa stature de colosse s'ajoutent ses cornes et sa peau intégralement rouge, deux signes qui, aux yeux de beaucoup d'espèces conscientes, rappellent l'agressivité, le danger et le malheur. Indéniablement, engoncé dans son long manteau, le capitaine Dilivan, avec ses traits taillés à la serpe et son bouc, a des airs de démon menaçant.

De fait, l'homme ne cache pas sa rudesse. Peu loquace et encore moins souriant, il s'avère difficile de l'aborder sans un peu de crainte. Quand il parle de sa voix rauque comme un aboiement, c'est souvent pour rétablir son autorité, exprimer son mécontentement ou, lorsqu'on est chanceux, pour appuyer ce qui vient d'être dit, quoique ce corsaire de la Lune Noire soit singulièrement avare d'éloges, préférant gratifier ceux qui ont son respect d'un signe de tête approbateur, d'un pouce en l'air, voire d'un « pas mal » pour les plus fortunés.

Hormis le manteau qu'il porte toujours à bord de son bâtiment, Dagmaer accorde très peu d'importance à son habillement. Il porte des habits banals, choisis pour leur simplicité et leur adaptation au milieu qu'il visite. Sur les mondes hostiles, il revêt une armure environnementale qui le protège des températures extrêmes, compense en partie les différences de pression et lui fournit de l'oxygène. Sinon, dans les situations dangereuses, il porte une combinaison de combat légère, renforcée par un plastron de phrik capable de résister à plusieurs tirs directs de blaster classique ou de projectiles physiques.

Comme tous les mâles Dévaroniens, il prend en revanche grand soin de ses longues cornes frontales. À l'instar de ses congénères, il considère le fait que quelqu'un d'autre les touche comme une véritable offense, une humiliation qui provoque immédiatement sa colère. Cela ne l'empêche pas pour autant de s'en servir à l'occasion comme d'une arme de fortune, bien plus dangereuse que le front lisse d'un humain. Dans l'ensemble, le capitaine Dilivan est un combattant redoutable, endurant, puissant et pas malhabile pour autant. Excellente gâchette, il est aussi un bretteur plus que compétent grâce à son entraînement au sabre et à sa maîtrise de la Force. Sa puissance physique, herculéenne comparée à celle d'un humain normal, vient en grande partie de son poids important, ceux de sa race étant plus dense que la moyenne des humanoïdes. Habitué aux violents abordages et à la confrontation avec des créatures autochtones des mondes qu'il explore, ce n'est cependant pas un soldat. En bataille rangée, Dagmaer serait probablement un soldat bien peu fiable, certainement pas prêt à se sacrifier pour une quelconque nation, au nom de grandes idées, ni même en celui d'un chef charismatique.

Il n'a pourtant rien d'un lâche, comme en atteste les nombreux cicatrices qui couvrent son corps, même s'il doit la plus laide non à une échauffourée mais à une opération chirurgicale faite avec très peu de précautions. Son large torse est barrée, à gauche, d'une large ligne de tissu cicatriciel, plus clair et plus enflé que le reste de sa peau. Le Dévaronien ne retire aucune fierté de ces stigmates, qu'il ignore ou considère comme un rappel de ses échecs passés. Peu coquet, il ne se préoccupe pas non plus de les cacher.

Plus souvent rieur que souriant, Dagmaer Dilivan a dans l'ensemble un visage peu expressif. Hormis la colère, une émotion à laquelle ses traits sont particulièrement habitués, il s'avère toujours difficile de comprendre ce qu'il ressent, non parce qu'il cherche à le dissimuler mais parce qu'il est peu porté à l'extériorisation. Son langage, souvent familier et laconique, ne prend pas de détours et ne s'enjolive pas de formules de politesse qu'il juge inutile. Ce parler brut non par son honnêteté mais par la forme grossière qu'il prend irrite autant ceux qui s'estiment supérieurs à lui qu'il satisfait ses amis et subordonnés. Dilivan réserve le « vous » à la maîtresse suprême de la Lune Noire et à l'Archonte, dont il estime et craint les capacités. Tous les autres individus de la galaxie qu'il a croisé ces dernières années n'ont jamais eu droit à autre chose qu'à un « tu » à la fois familier et brutal.

L'allure et la démarche du Dévaronien sont curieusement souples pour un homme de son gabarit. Sans être félin, il se déplace sans lourdeur, maîtrise ses gestes et sa force et fait preuve d'une certaine adresse pour manipuler les objets et occuper l'espace. Malgré sa haute taille et sa largeur d'épaules, il ne se cogne quasiment jamais, même dans les coursives exiguës d'une navette de débarquement. De cette aisance presque surnaturelle à contrôler un corps aussi titanesque, il ressort une impression d'une implacable assurance. Même lorsque la colère l'envahit, le capitaine Dilivan a toujours l'air de conserver le contrôle plein et entier de son corps.


 
ARMES ET ÉQUIPEMENT



Armure légère avec sur-couche de phrik sur le plastron : cette combinaison de combat, utile lors d'abordages ou d'escarmouches sur des mondes à l'atmosphère et à la pression supportables, n'est rien d'autre qu'une armure légère de bonne qualité, certainement coûteuse et faite sur mesure pour le capitaine Dilivan. Équipée d'un petit bouclier déflecteur personnel qui peut encaisser deux ou trois tirs de blaster direct, elle se révèle quasiment inutile au corps à corps, hormis si l'adversaire frappe le torse. La protection thoracique peut résister plusieurs secondes à l'oscillation d'une vibro-lame, et même à quelques frappes de sabre-laser.

Tenue environnementale : absolument pas adaptée au combat, cet équipement permet en revanche au capitaine Dilivan de s'aventurer sans risques sur un planète modérément hostile. S'il n'est pas question de se jeter dans un cratère plein de magma en fusion, la tenue protège en revanche son utilisateur des rayonnements de toute sorte, d'une pression trop forte ou inexistante, contre des températures extrêmes et contre l'asphyxie, en maintenant une atmosphère constamment respirable dans son casque. Ce dernier comprend également un système de communication et de senseurs à courte portée. Assez classique pour des explorateurs spatiaux, cette tenue n'est rien d'autre qu'une réactualisation de technologies très anciennes, utilisées jadis par les pionniers républicains pour observer et coloniser de nouvelles planètes.

Long manteau : ce long vêtement à épaulettes fait office d'uniforme sur le bâtiment de Dilivan. Semblable à celui que portent parfois les hauts officiers de Marine en extérieur, il sert au Dévaronien à arborer un signe somptuaire d'autorité, le seul qu'il ait adopté. Confortable et chaud, il protège aussi son porteur du froid des vaisseaux en voyage interstellaire.

Blaster lourd : arme très classique, ce blaster lourd envoie des décharges hautement létales, capable de transpercer un être à la peau fine, et de brûler le derme des créatures plus résistantes. Même un Hutt évite de se trouver sur sa trajectoire.

Pistolet disrupteur : arme formellement interdite sur presque toutes les marchés de la galaxie et souffrant à juste titre d'une très sinistre réputation, Dagmaer ne l'utilise jamais contre des êtres conscients et s'est promis de l'éviter le plus possible. En effet, l'arme, qui désintègre ce que touche ses tirs, provoque d'atroces souffrances chez ses victimes. En outre, son efficacité au combat est discutable, puisqu'un chargeur contient à peine trois tirs, avec une cadence bien inférieure à celle d'un blaster. Le Dévaronien utilise surtout cette arme à des fins d'intimidation, ou lors de ses expéditions planétaires, pour parer à l'éventualité où il croiserait des bêtes quasi invulnérables au laser, tels des zakkegs ou des drexls.

Sabre-laser rouge : arme prise dans les affaires de son dernier maître, elle appartient désormais à Dagmaer. Initialement mal adaptée à son nouveau propriétaire, elle a subi un réagencement complet de ses composants afin d'émettre une lame plus longue et d'offrir aux larges mains du Dévaronien une prise plus assurée. Celui-ci n'accorde à ce sabre aucune valeur symbolique, mais il a pleinement conscience de sa puissance et de sa rareté. Bien qu'il le garde constamment sur lui, il ne s'en sert jamais en premier recours, préférant le blaster, plus polyvalent. Cependant, lorsqu'il fait jaillir la lame vermeille, Dilivan se révèle un redoutable pratiquant du Djem et du Shien So.
 

 
MEMBRES NOTABLES DE L'ÉQUIPAGE




Syl Brightwirl : Zeltronne quinquagénaire, timonière du vaisseau, c'est sans aucune doute la personne qui connaît Dagmaer le mieux du monde. Elle l'a rencontré il y a vingt-quatre ans, sur le vaisseau qu'il commande aujourd'hui, alors qu'il n'était qu'un Aspirant sortant de l'adolescence. Syl a été le mentor, l'amante et l'amie du capitaine Dilivan, et sans doute l'une des seules personnes à entretenir avec lui une confiance mutuelle et inconditionnelle. Pilote hors pair, elle est habituée à naviguer dans des espaces inconnus avec des vaisseaux de plusieurs gabarits différents et à suivre les instructions d'un Navigateur. Avec le Dévaronien, elle dispose d'une liberté de parole quasiment totale.

Cort Baketin : Xénobiologiste jeune mais brillant, Cort est un transfuge céleste, qui a fui sa vie trop réglée par goût de l'aventure. En fait d'aventure, il a trouvé de nombreux ennuis : embarqué sur le cargo d'un passeur, celui-ci l'a abandonné dans un spatioport déserté des mondes indépendants, où Cort est parvenu à survivre en rafistolant un vieux droïde et grâce à sa connaissance de la faune et de la flore galactiques. Après plusieurs semaines de solitude, le passeur est revenu en amenant avec lui des hommes de la Lune Noire. En effet, Celestopolis offrait une récompense à quiconque rattraperait le fuyard et, l'ayant appris, le pilote véreux espérait toucher une part du gateau. Cependant, constatant les compétences du survivant, le chef des hommes de la Lune Noire, qui n'était autre que Dagmaer, décida de l'intégrer à son équipage. Cort a une dette considérable envers lui.

Jonassi Lertika : Jonassi est, malgré sa soixantaine bien tapée, un solide gaillard qui connaît Dagmaer depuis belle lurette. Devenu pirate pour subvenir à ses besoins, il se révéla plutôt doué comme flibustier et dut mettre ses rêves de cuisinier au placard, du moins durant trois bonnes décennies pendant lesquelles il servit le maître de Dagmaer. Le Dévaronien l'appréciant, il lui a confié la responsabilité de la restauration de l'équipage une fois aux commandes. Depuis onze ans, Jonassi Lertika est donc devenu cuisinier professionnel, ne laissant pas d'expérimenter de nouvelles recettes en fonction de ce qu'offrent les mondes nouvellement explorés.

Moäne Doomlight : Fidèle de Jan Syko, cette femme a pour mission d'établir une cartographie des mondes colonisés par la Lune Noire et des chemins hyperspatiaux praticables qui les relient. Auprès de Dagmaer, elle tente de concevoir un nouveau système de calcul des trajectoires supraluminiques capables de suppléer un Navigateur. Outre ce travail considérable et vain pour l'instant, Moäne surveille le Dévaronien et son équipage pour le compte de l'Impératrice Noire. Le capitaine Dilivan a pleinement conscience de cet état de fait, puisque la présence et la protection de l'astrogatrice était la condition fixée par Syko pour qu'il puisse vaquer librement à ses occupations de Confrère de la Nuit. Il n'a donc logiquement aucune confiance en elle, même s'il reconnaît l'utilité potentielle de son travail de cartographie pour la Lune Noire.

Togril Fersan : Shistavanéen tout aussi taciturne que son capitaine, il a rejoint l'équipage il y a à peine deux ans. Pisteur hors pair, à la fois discret, appliqué et assuré, il n'a pas son pareil pour survivre sur un monde dangereux dont il ne connaît rien. Si Dagmaer en a éprouvé la fiabilité, il sait cependant peu de choses sur l'homme-loup. Tout ce qu'il a pu conclure, c'est que quand il l'a engagé sur Nar Shaddaa, Fersan fuyait des poursuivants, sans doute pour une histoire de dettes.

Saruda Bib'tuna : Âgée d'à peine trente ans, Saruda est la Twi'lek commandante en second du capitaine Dilivan. Réduite très jeune en esclavage, elle a servi de prostituée sur l'un des vaisseaux de la flotte de la première maîtresse de Dagmaer alors qu'elle n'était encore qu'adolescente. En +987, alors que le Flambeau avait capturé le vaisseau sur lequel elle se trouvait et pris des captifs, elle eut la chance d'être la part du butin attribuée à Dilivan. Choqué par son jeune âge, n'ayant aucune sympathie pour l'esclavage, et encore moins l'esclavage sexuel, celui-ci lui rendit sa liberté et l'intégra à l'équipage, où sa sagacité, son franc-parler et son talent pour les armes lui valurent rapidement une place de choix. Devenue seconde sur le Flambeau, elle suivit son libérateur lorsqu'il prit du galon après la mort de son maître. Elle le considère comme son grand frère et donnerait sa vie pour lui. De son côté, Dagmaer remuerait ciel et terre pour elle. Elle est la seule personne envers qui il éprouve de la tendresse – sans la manifester que très exceptionnellement, bien entendu.
 

 
DOSSIER PSYCHOLOGIQUE


Quiconque sert sous les ordres du capitaine Dilivan a forcément souffert un jour un de ses mémorables accès de rage. Particulièrement sanguin, le Dévaronien tolère mal qu'on le contrarie d'une manière ou d'une autre. Irritable et violent, il n'attire pas vraiment la sympathie de ceux qui le connaissent mal. Il en faut peu pour qu'il règle ses problèmes aux poings, et encore moins pour qu'il en vienne aux insultes. Au combat, cette colère se mue en férocité, en ardeur meurtrière qui rend Dagmaer Dilivan proprement terrifiant pour ses ennemis. Il n'éprouve aucune peine à tuer un adversaire direct, et il ne s'en cache pas le moins du monde. La vie au sein de la Lune Noire a détruit la possibilité pour Dilivan de s'émouvoir d'un meurtre qu'il a commis.

Pour autant, le Dévaronien déteste la cruauté. Il ne tue jamais gratuitement, ni n'inflige de souffrances physiques inutiles. À ses yeux, si l'on fait souffrir quelqu'un, cela doit avoir une véritable utilité. Pour avoir subi lui-même de douloureux moments, il sait l'inefficacité de la torture, et il préfère recourir à la négociation, à l'escroquerie ou à la menace. Peu porté sur la politique, il juge sévèrement les actes de théâtralité sanglante, comme les exécutions capitales ou les massacres d'opposants. S'il devait diriger lui-même, il privilégierait sans aucun doute les assassinats ciblés d'adversaires véritablement dangereux. À ses yeux, un chef qui éprouve le besoin d'impressionner ses suiveurs par des supplices atroces est un chef faible. Un bon chef doit inspirer le respect et la crainte, mais la crainte seule ne saurait suffire à affirmer une autorité.

Sur son bâtiment, Dagmaer s'assure de connaître tout le monde et de maintenir à tout moment une discipline impeccable. Ses crises de rage l'aident certes à se faire craindre, mais il manifeste aussi ostensiblement son souci sincère pour la vie et le bien-être de ses marins. À plusieurs reprises, le capitaine Dilivan a prouvé qu'il tenait les intérêts de son équipage pour supérieurs à ceux des têtes de la Lune Noire. Tant que les intérêts des uns et des autres coïncident, il se conforme soigneusement aux directives de sa hiérarchie, mais si ces dernières mettent en danger son bâtiment et ses occupants, il sait s'y opposer. Pour sa fidélité à ses marins, sa capacité à les défendre contre ses maîtres, le Dévaronien s'est acquis le dévouement total de la plupart de ceux qui ont servi sous ses ordres. En outre, s'il ne s'embarrasse pas d'honneur ni de noblesse, il cherche constamment à assurer un niveau de vie correct et une relative sécurité à ses gens malgré leurs périlleuses pérégrinations. En échange, il attend d'eux qu'ils appliquent ses décisions.

Le capitaine Dilivan, en tant que Navigateur chevronné, a aussi pleinement conscience de l'influence que lui donne son pouvoir. Une fois perdu dans les méandres hyperspatiaux, son équipage ne peut se passer de lui. C'est aussi ce talent qui le rend fort utile à Jana Syko pour explorer de nouvelles colonies potentielles et renforcer l'enracinement territorial de la Lune Noire. Parfaitement au courant que c'est à ce don qu'il doit son rôle dans l'organisation et même sa longévité, il fait en sorte de le perfectionner constamment, nourrissant l'ambition de devenir un authentique Hypernaute un jour. N'ayant aucune prédisposition pour la politique, ni l'ambition ni le goût du stratagème, il développe son pouvoir pour se rendre indispensable, ou bien pour être capable de fuir avec sa flottille si le sort se retournait contre lui. Ce qui importe à Dagmaer Dilivan, c'est avant tout sa survie et celle de ceux dont il dépend – ses marins, ses conseillers, ses proches. Au fond, si le capitaine a atteint de si hauts sommets dans le syndicat du crime, c'était par nécessité, et non par d'habiles manœuvres mises au service d'une dévorante ambition. Pour un personnage aussi influent, il fait preuve d'une humilité notable, acceptant tout à fait de ne pas diriger tant qu'on le laisse agir comme il lui plaît. Les grands projets politiques ne suscitent chez lui ni enthousiasme, ni admiration, ni fidélité. S'il y contribue activement, c'est par plaisir pour la manière dont il participe, et non pour la gloire qu'il pourrait y avoir à bâtir de grandes choses.

Malgré cet apparent opportunisme, ce cynisme, voire ce semblant de lâcheté, le capitaine Dilivan s'avère un homme particulièrement intrépide. Explorateur dans l'âme, il a posé le pied sur des centaines et des centaines de systèmes différents, sans jamais reculer devant la crainte de l'inconnu. Au contraire, il ne connaît aucun plaisir plus intense que de voyager là où personne n'est jamais allé, ou bien ne va plus depuis des siècles. Amoureux de l'espace, véritable curieux, le Dévaronien est un aventurier du plus pur style, qui ne rechigne ni à affronter des bêtes de plusieurs fois sa taille, ni à dialoguer avec des indigènes ayant perdu depuis longtemps la connaissance du Basic. Son absence totale de considération pour les grandes causes vient certainement de son caractère apatride : il n'est chez lui qu'en voyage.

De cette vie exceptionnelle, Dilivan a tiré une certaine indépendance d'esprit qui lui vaudrait certainement de sérieux ennuis, s'il n'avait pas appris à la dissimuler la plupart du temps derrière un mur taciturne. Indifférent à la plupart des luttes majeures qui secouent à nouveau la galaxie, il n'a aucune estime pour ceux qui sacrifient leur vie à de grandes idées ou pire encore, à leur régime. Pragmatique, le capitaine respecte bien plus l'expérience et le talent que l'engagement et les convictions. À ce titre, il entretient une véritable considération à l'endroit des autres Navigateurs et Hypernautes, même s'il se méfie de tous, en particulier si ceux-ci viennent d'une faction adverse.

Exigeant avec lui-même comme avec ceux qui se trouvent sous son commandement, le Dévaronien n'apprécie pas le travail bâclé et juge rarement une réalisation satisfaisante. S'il fait souvent connaître son mécontentement, de manière plus ou moins spectaculaire, il se montre en revanche bien peu enclin aux éloges, ce qui accentue d'autant ses très rares compliments. En contrepartie, il passe rapidement l'éponge une fois la faute punie et les reproches faits. Ne voyant aucun intérêt à la rancoeur, aux remords et aux regrets, Dagmaer Dilivan ne s'appesantit jamais sur ses actes passés, ni sur ceux des autres, et juge ceux qui l'entourent à l'aune de leurs actions présentes. De nombreux membres de son équipage ont bénéficié de ce nouveau départ qu'il leur offrait sans jamais le dire ouvertement. Le capitaine tient ce rapport au temps de sa connexion intensive avec la Force, qui lui donne une conscience pleine de ce qui existe. Or, le passé n'existe plus, et il ne compte pas laisser son souvenir parasiter ses actes.

Malgré son air peu amène, son ire redoutable et sa parole rare, Dagmaer Dilivan dispose d'un sens de l'humour bien plus fin qu'on ne pourrait l'imaginer. Son désintérêt pour ce que beaucoup des grands personnages de la galaxie considèrent comme des affaires graves lui donne un détachement amusé sur la plupart des grands événements. Peu de choses l'émeuvent, mais beaucoup le font rire, soit parce qu'elles sont absurdes, soit parce qu'elles sont invraisemblables, soit parce qu'elles sont risibles. En compagnie de camarades ou après quelques verres, il n'est pas rare que le Dévaronien éclate d'un rire franc après un trait d'humour noir ou pour se moquer d'un des présents. Lui-même fait preuve d'auto-dérision, même s'il châtie ceux de ses marins qui s'essaient à rire à ses dépens, par souci d'autorité bien plus que par fierté.

En définitive, derrière des airs de féroce capitaine pirate se cache une personnalité complexe teintée d'anarchisme et de stoïcisme, à la fois opportuniste et bienveillante, violente et enthousiaste, intraitable et pragmatique, modelée par une vie de survie et une étroite relation à la Force. Derrière le visage d'un Démon réside un grand curieux, passionné à l'idée de surmonter des obstacles, de découvrir des merveilles nouvelles, féru de jeux de réflexion et d'habileté qui lui offrent une manière de socialiser sans avoir à trop parler


 
HISTOIRE



Spatioport de Raxus Secundus, registre d'appontage du hangar B258XFL, entrée 152, +965 ABY.

Le Vénérien, cargo immatriculé K51DL sur Raxus Secundus, capitaine Moctar Lactasa. Cargaison déclarée :
• 5 caisses de bâtons de la mort. Prix de vente estimé à 1 000 crédits par caisse. Taxe d'appontage de 20 crédits par caisse.
• 1 boma vivant. Prix de vente estimé à 800 crédits pièce. Exemption de taxe.
• 4 chiens kath vivants. Prix de vente estimé à 200 crédits pièce. Exemption de taxe.
• 1 caisse entamée de viande de bantha destinée à la consommation animale. Prix de vente estimé à 50 crédits. Exemption de taxe.
• 2 caisses de modules de visée pour droïdes sentinelles. Prix de vente estimé à 2 000 crédits par caisse. Taxe d'appontage de 40 crédits par caisse.
• 1 caisse de feuilles de Bachani. Prix de vente estimé à 5 000 crédits. Taxe d'appontage de 100 crédits.
• 12 esclaves en bonne santé dont :
- 8 femelles Twi'leks, spécialisées dans le « massage ». Prix de vente estimé à 10 000 crédits pièce. Taxe d'appontage de 200 crédits par tête.
- 2 mâles humains, enfants, achetés dans un orphelinat. Prix de vente estimé à 3 000 crédits pièce. Taxe d'appontage de 60 crédits par tête.
- 2 mâles Dévaroniens, enfants, achetés à un couple de mendiants. Particulièrement vigoureux. Prix de vente estimé à 4 000 crédits pièce. Taxe d'appontage de 80 crédits par tête.
→ Valeur totale de la cargaison : 109 650 crédits.
→ Droits d'appontage totaux : 2 160 crédits.


~~~~~


Rapport de la Lame Noire Frayton Winterwond sur le réseau de renseignement de l'Archonte sur Raxus, +965 ABY.

[…]
En remplacement des « petits yeux » perdus récemment du fait de la criminalité incontrôlée du spatioport, nous avons acquis quatre enfants de provenance lointaine, susceptibles de bien s'intégrer dans la faune qui tourne toujours dans les hangars du Secteur d'Or. Ils nous ont été fournis par le capitaine Lactasa, accrédité par l'organisation pour la recherche et le trafic de main-d'oeuvre spécialisée, pour la somme totale de 11 000 crédits.
Parmi eux, deux petits humains et deux petits dévaroniens, tous des garçons de moins de 6 ans sans signe distinctif notable : Filis, Gert, Dagmaer et Torun. J'ai donné à chacun une affectation au spatioport. Tous logent et dînent chez Gros Bernot, qui s'assurera de leur fidélité. Pour éviter de perdre ceux-ci comme les précédents, je leur ai fait poser une puce dans le sternum, qui sera très compliquée à extraire sans les tuer et nous permettra de savoir où ils se trouvent à tout moment.
Filis et Gert devront surveiller nos agents spatioportuaires et dénoncer les corruptions. Dagmaer et Torun écouteront les discussions des visiteurs et tâcheront d'obtenir des informations non déclarées sur les cargaisons pour démasquer les fraudes.
Un agent relèvera leurs observations chez Gros Bernot tous les soirs.

Frayton Winterwond


~~~~~


Journal de bord du cargo corellien Atranxes, sous le commandement du capitaine Bill Malosh, +972 ABY.

J'ai appris aujourd'hui la saisie à l'entrée du spatioport de Raxus de deux de nos cargos, tous deux pleins à craquer de glitterstim. Cette perte coûte au bas mot des dizaines de milliers de crédits, sans compter le prix des appareils et des équipages.
Le montage financier qui nous permettait de corrompre les responsables de l'appontage du Secteur d'Or ne souffrait d'aucune faille qui aurait pu permettre à un slicer de remonter jusqu'à nous, même en constatant une irrégularité dans les comptes des agents portuaires. Nous avons donc été balancés par une taupe locale, et je soupçonne fort le gamin dont j'ai déjà parlé plusieurs fois dans ce journal, le jeune Dévaronien Dag.
Pour rappel, Dagmaer Dilivan est un gamin des rues qui nous a servi ces dernières années d'informateur sur les activités du spatioport avec une science impressionnante. Contre quelques crédits et récits de voyage dont il était vraiment passionné, il nous a donné des astuces très pratiques pour nous insérer dans le marché de l'épice sur Raxus sans se faire immédiatement remarquer par les sbires de la Lune Noire. On n'aurait pas pu écouler plusieurs de nos cargaisons majeures sans ses conseils.
Mais il était le seul à pouvoir balancer la position et la cargaison de nos deux appareils avec suffisamment de précision pour que les types de l'Archonte réussissent le coup de filet. Je n'ai pas de nouvelles de Thurian, ni de Lochar, et a fortiori pas de leur équipage respectif.
On va devoir éviter Raxus Secundus un petit moment, mais je vais mettre en garde les collègues contre le petit démon, et il passera un sale quart d'heure s'il est là quand je reposerai le pied sur ce monde.


~~~~~


Message holographique de Natcha Nelkoren, Consœur de la Nuit, au Guide Suprême. +975 ABY.

Mon seigneur,

Je me permets de vous adresser ce message en personne pour vous expliquer ma retraite brusque et imprévue. L'Archonte avait mis en place des dispositifs de renseignement dont nous n'avions pas connaissance, et ceux-ci ont durablement compromis l'opération Nébuleuse. Depuis trois ans, de moins en moins de nos cargos chargés de glitterstim parviennent à bon port, mais ce n'est que très récemment que l'Archonte a dû comprendre mon implication dans la contrebande organisée visant à lui ôter le monopole de l'épice dans le système de Raxus.
Plusieurs de ses hommes de main m'ont tendu une embuscade devant le Rancor Rongé, dans le Secteur d'Or, sur les conseils d'une bande de gamins logeant chez Gros Bernot. Un compatriote et collègue, le capitaine Bill Malosh, avait déjà eu maille à partir avec leur chef, un solide adolescent du nom de Dagmaer Dilivan, qui recevait ses ordres directement de la Lame Noire Frayton Winterwond.
Pour couvrir monseigneur, j'ai jugé préférable de partir trouver refuge sur Corellia le temps que le calme revienne. Néanmoins, malgré l'échec de notre entreprise, je n'ai pas fui les mains vides, puisque j'ai pris avec moi la jeune taupe dévaronienne. J'ai senti qu'il avait une connexion avec la Force, un potentiel pour devenir Navigateur que personne ne semblait avoir repéré, ce qui est rassurant quant à la lucidité de nos concurrents. J'ai extrait – non sans mal – la puce que Winterwond lui avait incrusté dans le sternum. Il gardera une balafre repérable et probablement des souvenirs douloureux, mais il n'est pas mort. Une fois que je l'aurais éveillé, il pourra constituer une excellente monnaie d'échange pour négocier les conditions de mon retour.
En attendant, comme je vous l'ai dit, je fais effectuer à mes vaisseaux un repli sur Corellia, où nous trouverons certainement un moyen de faire fructifier nos services.

Votre très-fidèle, très-dévouée et très-humble servante,

Natcha Nelkoren


~~~~~


Rapport du lieutenant des Douanes de la CorSec Liam Randillan au bureau central. +976 ABY.

Rapport rédigé par le Lt. L. Randillan, officier inspecteur des Douanes de Coronet.

Comme ordonné par le capitaine Jalili sur décision judiciaire il y a quatre mois, nous avons mis sous surveillance madame Natcha Nelkoren et tous les bâtiments immatriculés sous son nom ou celui de sa compagnie d'import-export. La délicatesse de cette affaire, étant donné les sommes de crédits en jeu et les conséquences catastrophiques que pourraient avoir le moindre faux pas de notre part sur les relations entre la CorSec et l'économie de contrebande, contraint nos agents à communiquer le moins souvent possible sur cette affaire, raison pour laquelle nos rapports sont si espacés.
Néanmoins, il semble bien en effet que les raisons de la réussite de madame Nelkoren dans le milieu du transport de marchandises outrepassent de beaucoup les seuils de tolérance habituels des Douanes. Nos agents ont relevé des pratiques de concurrence déloyale, d'intimidation, de tarifs cassés, de transactions en orbite. Nous suspectons en outre madame Nelkoren de disposer de pouvoirs de Navigation qu'elle aura dissimulés aux autorités compétentes, sans doute pour exploiter le plus possible cet avantage considérable dans ses affaires. Pis encore, il semblerait qu'elle forme un disciple à ces techniques sans qu'il en soit fait mention explicitement dans aucun des registres d'équipage dont nous disposons.
Il s'agirait d'un immense gaillard Dévaronien, aux airs patibulaires mais apparemment très docile. S'il ressemble aux brutes habituellement recrutées par sa taille et sa musculature, nos agents ont pu l'approcher et discuter avec lui, et n'ont constaté ni méfiance ni attitude violente. Si des dispositions doivent être prises, nous suggérons qu'elles visent exclusivement Natcha Nelkoren et non son élève, d'ailleurs âgé d'environ seize ans, soit légalement mineur. Ce jeune homme a un potentiel certain dont il faudrait au contraire prendre bien soin en cas d'une action de la CorSec. Un jeune Navigateur connaisseur de notre espace pourrait servir les intérêts de la patrie.
Pour conclure ce rapport, mentionnons les liens putatifs que madame Nelkoren aurait avec un syndicat du crime de la Bordure Extérieure appelé Lune Noire. Si ces soupçons s'avèrent fondés, je ne pourrais que souligner l'urgence avec laquelle nous devons agir avant qu'elle ne s'implante dans tout le secteur de la contrebande et ne devienne indispensable à l'emploi et à la survie de plusieurs milliers de nos concitoyens et administrés.


~~~~~


Message holographique crypté de Natcha Nelkoren, Consœur de la Nuit, au Guide Suprême. +976 ABY.

Mon seigneur,

L'agitation soudaine des forces de l'ordre corelliennes et les progrès plus rapides que prévu de mon élève me poussent à vous annoncer mon retour prochain dans le système Raxus. Je vous ai déjà informé des enquêtes de la CorSec me concernant. Malgré les précautions prises, ils me tournent autour comme les mouches autour du fourrage à banthas, si mon seigneur me passe l'expression. Cependant, Dagmaer fait des progrès fulgurants. Visiblement, les châtiments que j'ai dû lui infliger suite à ses premières incartades l'ont motivé. Il maîtrise désormais pleinement ses facultés télékinétiques, de ses sens de Force et des techniques de Navigation de base. Je lui ai tant bien que mal inculqué des principes d'escrime, mais la route est encore longue pour faire de lui un vrai bretteur. Malgré cela, il me paraît ouvert à un apprentissage plus approfondi, tout en étant capable de servir de guide à un petit appareil circulant dans un secteur restreint.
Je compte offrir ce jeune homme à l'Archonte pour apaiser nos relations et faire cesser les vendettas internes à notre organisation. Vous aviez approuvé ce plan dans un message antérieur, j'espère qu'il en va toujours de même. Si ce n'est plus le cas, faites-le moi savoir, que je cesse de perdre du temps à développer les pouvoirs du garçon pour me consacrer à œuvre plus utile.

Votre très-fidèle, très-dévouée et très-humble servante,

Natcha Nelkoren


~~~~~


Journal de bord de la frégate Bloodstar Lucifer, sous le commandement du capitaine Iltan Adonai, Confrère de la Nuit. +976 ABY.


 
À PROPOS DU JOUEUR



PRÉNOM/SURNOM • Théo
    SEXE • M
    ÂGE • 21

ACTEUR/ACTRICE/PERSONNAGE DE L'AVATAR • No sé.

    MULTI-COMPTE • Nope
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM • On m'a invité Smile Je suis Nathaniel Delafoi d'Equilibrium.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Alignement: Neutre
Âge:
Armes: Blaster lourd ; sabre-laser rouge
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Capitaine Dagmaer Dilivan de la Lune Noire Mar 15 Aoû - 18:20
+1 au cas où

_________________
Ô vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas.
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine Dagmaer Dilivan de la Lune Noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un Vent de Liberté [Libre]
» Premier pas dans le nid d'amour de Cupidon. (16/09 - 21h00)
» Reprise de la peinture: quelques figurines
» La vie n'est pas un cadeau du ciel, c'est juste une obligation. | Lune Noire.
» petite retrouvaille en famille![pv Nuage de Lynx,Lune Noire et Nuage de Sucre(Requiem Oublié si tu reviens)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Fracturae :: Base de données :: Identification-
Sauter vers: