Star Wars Fracturae

Forum RP Star Wars se déroulant 1000 ans après la Bataille de Yavin
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

L'Impératrice Reige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Base de données :: Identification :: Registre des Fiches Évaluées :: Fiches Validées
avatar

Feuille de personnage
Alignement: Neutre
Âge: 31 ans
Armes: Katana en songsteel (x2), Pique de force (x1), Poignard (x1) et Pistolet-blaster (x1)
Impératrice & Ombre Pourpre

Impératrice & Ombre Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2016
Localisation : Bastion ou dans l'ombre de l'Empereur
MessageSujet: L'Impératrice Reige Lun 28 Nov - 0:20
▬ Cordélia T. Reige
IDENTIFICATION

NOM OFFICIEL • Reige
NOM DE NAISSANCE • Tsunaki
NOM DE JEUNE FILLE • Traeda
PRÉNOM •  Cordélia
SURNOM(S) •  L'Ombre Pourpre, Vif-Argent, Impératrice

SEXE • Féminin
ESPÈCE • Humaine
ÂGE •  31 ans
MONDE D'ORIGINE • Bastion

GROUPE(S) • Empire Sidien
RANG(S) • V ~ Impératrice & IV ~ Ombre Pourpre

 
PROJECTION HOLOGRAPHIQUE


La jeune Impératrice a souvent été décrite comme une dame particulièrement élégante, au teint de peau clair, de mi-longs et raides cheveux noirs élégamment relevés dans une coiffe ornée et délicate avec une tiare rappelant son rôle quand elle doit apparaître en public ou pour des affaires diplomatiques. Des traits fins et charmants, un visage plutôt ovale et dessiné qui est maquillé avec finesse et bon goût, mettant en valeur ses yeux gris clair comme de l'argent blanc et ses lèvres relevées d'un simple trait de couleur rose pêche délicate. Son visage affiche souvent une expression altière, emplie de calme et de dignité, un léger sourire paisible pouvant orner ses lèvres gracieuses. Elle se distingue non seulement par sa beauté mais aussi par sa petite taille pour un membre féminin de l'espèce humaine, sa silhouette ne s'élevant qu'au mètre cinquante. Recouvert par des tenues amples et des robes distinguées aux nuances rouges, orangées et dorées, une capuche pouvant masquer ses traits au besoin. En dépit de leur relative sobriété pour une royale épouse, elles demeurent du tissu le plus réputé et font preuve d'un certain bon goût. Son corps est pourvu de courbes élégantes et plutôt généreuses sans excès, la pudeur de ses effets masquant ces atouts souvent remarqués sans dissimuler un tour de taille qui peut être qualifié de fin. Sa stature n'est ni filiforme ni large, se trouvant dans une agréable moyenne finesse, épaules légèrement plus épaisses contrastant avec la délicatesse des formes de ses hanches. Telle est son apparence officielle, pourtant comme les pétales masqueraient le bouton d'une rose, elle revêt une toute autre apparence dans un cadre plus privé et intimes. Sa garde-robe est très généreusement fournie en robes élégantes mais sans excès. Dans le secret de ses appartements, l'être privilégié qui a le droit de l'observer dans les effets de ses premiers jours a le privilège de remarquer ses jambes et ses bras fins... que pourtant au toucher démontrent la présence d'une fine musculature éprouvée par de longues années d'exercices des plus rigoureux, tout comme l'ensemble des membres de son corps.

Sans le couvert de ses vêtements, toutefois plusieurs cicatrices serpentent sur son corps comme un tatouage aux lignes plus ou moins anciennes et aux lignes discontinues. Car, contrairement à ce que laisserait à penser son image officielle et son apparence de délicate mécène des arts et de la culture... elle n'est pas qu'une simple courtisane. À vrai dire, la grande ironie est que ses origines ne se trouvent pas dans le sang pur des maisons de la Haute Noblesse impériale... mais plutôt à la croisée des chemins entre la haute noblesse et la haute bourgeoisie puisqu'elle est le fruit bâtard d'une relation extra-conjugale entre un officier de la marine de haute noblesse et une dame du peuple, courtisane. La vérité est toute autre : avant d'être l'Épouse de l'Empereur, elle en avait été l'équipière dans le tournoi pour l'obtention du trône impérial puis la garde du corps principale de sa légion de protection rapprochée d'élite. Pour rivaliser avec les talents de ceux possédant la sensibilité à la Force dont elle ne disposait pas, elle a du endurer de très longs, ardus, éprouvants entraînements pour aiguiser son corps autant que sa stature et ses aptitudes ne le lui permettaient naturellement, ayant toujours observé avec grand mépris les améliorations cybernétiques, génétiques et par substances. C'est pourquoi une garde-robe soigneusement dissimulée contient des tailleurs et tenues de combat plus adaptées pour le rôle qu'elle occupe toujours secrètement : le garde-du-corps le plus proche et disposant de sa plus grande confiance, connue sous le titre et alias "l'Ombre Pourpre" quand elle doit agit incognito. De rose délicate elle peut ainsi devenir fleur aux mortelles épines.


 
ARMES ET ÉQUIPEMENT



Ainsi en dehors des feux de la vie publique, la figure de l'Impératrice peut s'éclipser pour laisser sa place à celle de l'Ombre Pourpre, le garde du corps le plus proche et portant le plus la confiance du monarque de l'Empire Sidien. Troquant sans regret aucun robes élégantes, parures raffinées et apparats de charme, elle revêtira alors des tenues plus adaptées à un mode de vie plus discret qui dépendront du niveau de danger et de la nature de la situation en laquelle elle se trouvera. Pour une protection officielle, elle se drapera alors de l'armure cérémonielle pourpre écarlate de sa fonction dans la Garde Impériale, l'intimidant casque intégrale à la visière noire ne laissant rien transparaître de son visage, figé dans une expression neutre au point d'être glaçante. Ses longs cheveux noirs se retrouvent alors réunis en un catogan soigneusement relevé et ne laissant échapper que quelques mèches sur le devant, pour ne pas qu'ils la gênent au combat. L'armure pourpre que dissimule le drap pourpre de son uniforme est forgée en songsteel, et lui apportera une protection certainement pas optimale mais d'ores et déjà très appréciable. La combinaison enfilée en dessous de l'armure est d'une sobre couleur noire liserée de pourpre au niveau des hanches, et ses pieds recouverts par de hautes et solides bottes de combat remontant jusqu'à mi-cuisse

Bien qu'un pistolet-blaster lourd soit masqué sous la caractéristique toge de la Garde Impériale, l'arme qui sera clairement montrée et tenue en ces occasions est ce que l'on appelle une Pique de force : un bâton de graphite de deux mètres de long dont l'une des extrémités est équipée d'une petite vibrolame énergétique. L'arme ne pèse qu'à peine sept kilos, ce qui la rend suffisamment légère et maniable même pour un individu à la stature plus fine tel que Cordélia, puisque celle-ci est suffisamment exercée sur le plan physique de la manier avec une grande rapidité et dextérité. C'est une arme en apparence cérémonielle et élégante, mais qui se révèle à la fois résistante et souple, puisque le manche tel le roseau face à la tempête se plie sans pour jamais se rompre, même quand il se retrouve éprouvé par une assez forte pression de l'adversaire. La Pique fonctionne sur un procédé similaire à celui des vibrolames ou vibrohaches, s'appuyant sur un générateur de vibrations ultrasoniques, alimenté par plusieurs cellules d'énergie, dont l'espèce de bourdon sonore est assez voisin de celui d'une lame d'Hypernaute. L'arme devient ainsi très tranchante et peu de matériaux lui résistent, nul objet n'étant absolument irréprochable en pratique. La Pique de force peut paralyser, blesser ou tuer, mais elle est très dangereuse pour son propriétaire si elle est mal maniée, elle exige de fait de très longues et rudes années d'entraînement.  

Là où plusieurs Gardes Royaux ont choisi de se verser dans le maniement de la vibrolame double, Cordélia préféra se spécialiser dans l'art du combat avec des lames simples. Commençant tout d'abord avec une seule épée du même métal, qu'elle raffina jusqu'à choisir sa forme à l'image d'un Katana, au terme de sa formation elle fut redoutée par sa maîtrise du combat avec deux katanas à la fois. Ses premiers étaient d'un métal assez ordinaire, mais gagnant en réputation et investissant dans la qualité de ses armes, la paire qu'elle porte actuelle est forgée en songsteel. En effet, "Vif-Argent" est consciente des menaces perpétuelles qui l'entourent en sa nature d'épouse de l'Empereur... qui ne soit pas sensible à la Force, un désavantage notoire face à d'autres Hypernautes ou Navigatrices qui auraient l'ambition de la déchoir. Pour palier aux tentatives d'assassinat par lames-laser, elle devait leur contrer un métal qui puisse résister assez à leur morsure. Ce constat depuis leur victoire au tournoi de sélection de l'Empereur la motive perpétuellement à entretenir ses aptitudes au combat, notamment dans le style Échani, pour maintenir son statut de fine lame impériale et être en mesure de protéger l'Empereur et l'Empire qu'elle a jurée de servir depuis près de quinze ans. Mais elle ne peut pas toujours porter ses Katanas et sa Pique électrique. Certaines missions exigent de sa part une tenue encore plus discrète quand elle doit effectuer certaines tâches avec la furtivité des ombres : une veste noire doublée par dessus un haut blanc et un pantalon noir confortable et solide, un masque voilant la moitié supérieure de son visage et ses traits déformés par des techniques de subtil maquillage pour se rendre aussi méconnaissable que possible. Ses cheveux noirs sont alors remontés et serrés en un étroit chignon si bien qu'ils paraissent plus courts qu'il ne le sont d'ordinaire. Cela fait toutefois un certain temps qu'elle n'a pas eu l'opportunité de la revêtir, depuis la nomination du nouvel Empereur Sidien. Même au cours des sorties officielles, elle garde sur elle - souvent de manière dissimulée dans des vêtements amples - au moins l'une de ses armes : un katana au mieux, un pistolet-blaster léger ou plus fréquemment un poignard en acier de bonne qualité.
 

 
DOSSIER PSYCHOLOGIQUE



"You have given your lives to a cause greater than yourselves. You have sacrificed much to attain a chance at the greatest honor the Empire can bestow on a man."
Ved Kennede


Au cours de rencontres officielles, l'Impératrice démontre sa bonne immersion dans les valeurs et bonnes moeurs impériales. Son calme et sa maîtrise d'elle-même furent soulignés par ses contemporains, ainsi que son tempérament maniéré lors des réunions officielles ou encore des soirées de la haute société, très droite envers son époux et envers ses valeurs. Emplie d'une grande dignité, elle ne laissait que peu voir sa contrariété sur son visage aimable et en apparence serein, bien que son regard grisé puisse la trahir. En apparence réservée et discrète, on eût put remarquer qu'elle n'était guère loquace.

Sa douceur apparente toutefois a été soigneusement travaillée pour masquer son manque d'aisance en diplomatie et plus encore en politique, deux domaines dans lesquels elle continue encore de nos jours de se verser. Ainsi, le réel caractère de Cordélia est plus perceptible en privé ou quand elle agit en tant qu'Ombre Pourpre. Guerrière, sa bravoure et sa combativité ne furent jamais remis en question par ceux qui l'avaient rencontrée, voire même confrontée. Sa loyauté envers l'Empire est irréprochable, tout comme sa droiture envers l'Empereur, croyant assurément en ses valeurs. Bien que pragmatique, elle sait être patiente pour parvenir à ses buts, son père ayant eu grand soin de travailler son intelligence et des bases solides en termes de réflexion stratégique. Cordélia est également connue pour sa capacité d'observation et sa relative perspicacité, bien qu'elle soit démunie de toute sensibilité à la Force. Son influence autant que sa formation au sein de la Garde Impériale lui a inculqué à la dure la nécessaire prudence à adopter avant toute décision, et elle développa une certaine méticulosité dans les tâches qui lui furent confiées. Bien que sa position envers les sensibles à la Force soit devenue moins critique, elle n'en demeure pas moins méfiante vis à vis d'eux et préfère les estimer au cas par cas. Ceux qui coopèrent pour le bien de l'Empire sont une bonne chose, mais les méprisants et troubles-fête ne sont pas les bienvenus à ses yeux.

Toutefois, l'impériale n'est pas exempte d'écueils, en sa nature d'humaine et surtout de mortelle. Quand elle se retrouve à devoir confronter des ennemis et menaces pour l'Empire, elle se montre souvent implacable dans ses décisions si elle les estime nécessaires pour la sécurité de l'Empire et de son dirigeant, n'ayant aucun remord à se salir les mains si nécessaire. Tout comme le sang des Traeda qui coule dans ses veines, elle est dotée d'une très grande fierté qui peut se retourner contre elle quand elle estime que son honneur est attaqué ou quand des membres de sa famille se retrouvent insultés. Malgré son exigence envers les résultats de la Garde Rouge, et indirectement de la Garde Noire, elle est respectueuse envers ses homologues rouges et disposée à écouter leurs remarques tactiques, voire à les prendre en compte quand elles lui semblent pertinentes. Malgré ses responsabilités actuelles, elle n'est pas très arrogante en ce qu'elle se rappelle d'où elle provient et considère davantage les actes d'une personne pour déterminer son mérite plutôt que par ses origines sociales.

Elle est très passionnée au combat, et peut se montrer quelques fois téméraire pour parvenir à ses fins, tout comme dans son engagement pour la cause impériale que certains qualifieraient comme conséquent d'une forme d'endoctrinement par son passage dans la Garde Impériale et par son adhésion à la Garde Rouge. Cordélia tend à ne pas supporter l'échec, et cette faille est d'autant plus avérée quand l'erreur est personnelle ou qu'elle n'a pas su repérer et intercepter à temps une trahison. De nature, elle peut se montrer quelque peu froide hors des situations officielles quand elle doit faire face à des personnes qui ne font pas partie de ses proches ou qu'elle connaît peu. L'importance qu'elle porte à l'observation de l'honneur et d'une attitude rigoureuse envers les valeurs impériales peuvent la porter à préférer le suicide ou la mort plutôt que le déshonneur et la trahison du régime et du monarque sur les jours desquels elle veille avec diligence. En parallèle de ses aptitudes martiales, elle n'a pas du tout la patience nécessaire pour être en mesure de briller dans l'usage avancé de l'informatique, que ce soit pour saboter des sécurité, pirater des systèmes ou pour de la programmation. Elle n'a pas tendance à s'attacher facilement à autrui et par précaution préfère en général garder ses distances, comptant un cercle d'amis plutôt restreint mais choisis avec grands soins. Une fois le masque officiel ôté, elle peut se montrer quelque peu sombre par moments.  



 
HISTOIRE



Enfance & Adolescence (+969 à +987 ABY)

La future Impératrice naquit en l'an +969 Après la Bataille de Yavin IV sur Bastion... mais contrairement aux contes de fées, elle ne vit pas le jour au sein d'une grande maison ou d'une noble famille. Plutôt, ce fut dans une salle isolée d'un hôpital habituel de la capitale impériale, dans les bras d'une citoyenne qui n'avait ni nom ni dot... et ni réel statut civil respectable, en sa qualité de courtisane. Une femme qui n'était pas très grande ni très solide, et dont les courbes élancées et les traits exotiques ne manquaient pas de charmer la gent masculine et féminine des hautes sphères de la société impériale, dont elle reprit autant une grande majorité de ses traits physiques et physiologiques, ainsi que ses cheveux raides et noirs. Nul ne savait réellement de quel monde elle était originaire avant son immigration plus ou moins légale dans la capitale impériale, avant l'obtention et la reconnaissance de son statut de réfugiée. Elle s'appelait Laeticia Tsunaki, aussi connue comme la "Belle Laeticia" dans le milieu peu recommandable dont elle faisait partie, une femme légère mais non pas dévergondée, qui satisfaisait les plaisirs de ses clients sans choir dans les méandres les plus noirs des maisons de confort.

Son père ? Elle ne connut son identité exacte que bien des années plus tard. Jusqu'à sa majorité, il lui fut dit qu'il était un homme d'une grande famille impériale, un adjoint au gouverneur de Yaga Minor qui, en raison de la nature illicite et extraconjugale de l'aventure qu'il avait eu avec sa mère, ne souhaitait pas la reconnaître et surtout ne pas se faire connaître. Un certain Wilfried Traeda, qu'elle ne vit que très rarement au cours de ses jeunes années. En figure paternelle qui occupa une place très importante dans son éducation et son enfance, elle compta le frère cadet de celui-ci, un jeune officier de marine encore lieutenant à l'époque qui s'appelait Ludwig Traeda. Ce dernier, avec l'accord du politicien qui ne voulait pas entacher sa réputation, aida sa mère à assumer la survie et l'enseignement de la petite fille en dépit de son existence dans les lieux assez peu recommandables d'une maison des plaisirs impériale.

Sa mère eut grand soin à lui transmettre l'art du respect des moeurs raffinées des maisons nobles, qu'elle fréquentait régulièrement en tant que courtisane aussi prisée, prestigieuse que très sélective. Laeticia voulut lui faire prendre conscience des avantages et des dangers des domaines du charme, de la flatterie et de la séduction, mais hélas Cordélia ne fut guère douée de ces qualités. Toutefois, elle veilla avec zèle à ce que nul mal ne soit causé à la petite fille par quelque client ou voisinage, aidée financièrement et intellectuellement par l'oncle et parrain de la petite fille, Ludwig. Ce dernier, malgré le peu de temps libre que lui accordait sa très exigeante profession dans la marine, prit la grande majorité de ses permissions pour s'occuper de la petite Cordélia ; et auprès de l'officier qui partageait les mêmes yeux gris hérités du sang noble mêlé au commun de celui de sa mère, qui coulaient dans ses veines, elle reçut une éducation un peu plus avancée en complément de sa scolarité assez banale qu'elle suivait. Au fur et à mesure qu'elle grandissait, il lui transmit les valeurs et l'histoire générale de l'Empire Sidien, et chercha à travailler son intelligence, cherchant à contrebalancer les potentielles mauvaises influences de la maison des plaisirs. Face à un père absent et une mère en laquelle elle avait peine à s'identifier, malgré leur grande similarité physique, elle prit cet oncle doublé de parrain comme exemple, fascinée par les récits de ses voyages et des batailles auxquelles il prit part, par la suite promu en tant que capitaine de vaisseau.

Par sa mère elle fut sensibilisée à la reconnaissance des beaux tissus, au goût de la musique, à la danse, à l'art du maquillage, des gestes délicats, au chant - bien que là non-plus, elle n'hérita point de la qualité de la voix de Laeticia - et à l'art de conter des récits et légendes. Enfant, elle accompagna parfois sa mère en apprenant l'art de la flûte traversière, bien qu'elle en délaissa par la suite complètement l'instruction alors qu'elle s'affirmait et construisait sa propre personnalité au collège, puis au lycée, où elle put suivre une scolarité assez rigoureuse et exigeante grâce à ses bons résultats scolaires et grâce à l'appui de son oncle qui ne voulait pas négliger son éducation.

Ce quotidien se poursuivit jusqu'à ses seize ans, alors qu'en dépit de résultats quelque peu fragiles en éducation physique au vu de sa carrure menue et de sa petite taille d'un mètre cinquante, elle prouva son intelligence et sa plutôt bonne mémoire quand elle daignait s'intéresser au sujet. Baignant intégralement dans les valeurs berçant la société impériale, dont elle s'imprégna de la culture générale autant que de la langue qui lui demeura maternelle, elle fut instruite malgré tout à la compréhension et à l'utilisation du basic galactique, toujours sous l'attentive et bienveillante supervision de son oncle devenu jeune Amiral.

Au cours d'une permission de ce dernier comme les autres, il lui révéla la vérité concernant ses origines et la véritable nature de la relation qui les associait lors d'une discussion dans ses appartements personnels : contrairement à ce qu'elle avait pu penser jusque lors, elle n'était pas la fille de celui qui était devenu entretemps Gouverneur de Yaga Minor, cet énigmatique Wilfried Traeda qu'elle connaissait mieux comme personnage politique et public que comme personne privée... même s'ils étaient bel et bien apparentés. Non, ce n'était pas ses gènes qu'elle partageait... mais ceux de la personne qui lui faisait face, celui qu'elle avait toujours considéré comme son oncle et figure paternelle : le frère cadet, Ludwig Traeda. Prenant sur elle au début, les premières minutes, elle daigna au moins écouter ses raisons en dépit de sa contrariété croissante puisqu'il faisait visiblement des efforts pour essayer de lui expliquer son geste et sa décision passée : il avait voulu, apparemment, la protéger d'un héritage qui lui aurait amené plus de mal que de bien avant qu'elle ne soit en mesure de se défendre. Afin de préserver sa carrière - et aussi être en mesure de subvenir aux besoins de la jeune fille devenue jeune femme - il avait préféré dissimuler au sein de la prestigieuse famille des Traeda son existence. Seulement, en raison de son caractère aussi prononcé que son père et de sa fierté blessée par ce qu'elle estimait alors être une trahison, elle coupa court à ses explications en se relevant abruptement, faisant volte-face pour reprendre ses affaires et par son départ mettre un terme à leur rencontre. N'appréciant pas du tout d'avoir été laissée dans l'obscurité et puisqu'elle n'arrivait pas à comprendre, elle décida de ne pas lui adresser la parole ni de lui écrire jusqu'à nouvel ordre. Et dire que cela avait si bien commencé... il avait approuvé et partagé son enthousiasme quand elle lui avait annoncé sa volonté de répondre à l'appel aux drapeaux impériaux en validant sa candidature acceptée à l'académie de l'armée de terre de Bastion, pour y servir dans l'infanterie militaire !

Elle ne fut que plus engagée encore dans l'immersion vers sa nouvelle carrière, refusant de lui adresser la parole pendant les deux années que dura son instruction initiale dans l'armée impériale, le bloc commun de formation aux diverses branches de l'armée de terre.



Service Militaire et Garde Impériale (+989 à +998 ABY)


 Ce ne fut pas une période évidente puisqu'elle dut mettre les bouchées doubles pour renforcer ses aptitudes physiques et valoriser ses talents au combat physique. Incapable d'utiliser des armes lourdes ou de revêtir une armure lourde en raison de sa carrure, elle dut se contenter d'une armure légère et fut orientée vers l'infanterie légère. On lui inculqua les bases de l'utilisation du blaster lourd, de la vibrodague et de l'épée courte de combat. Malgré ses retards initiaux, elle fit preuve de sa résilience, de sa force de volonté et de sa capacité d'adaptation et développa des aptitudes tactiques appréciées par ses supérieurs sur le terrain.

Deux ans s'écoulèrent, durant lesquels elle fut promue de Sergent à Lieutenant, participant à certains fronts pour repousser aux frontières des raids modérés de forces mercenaires non-identifiés, des attaques du Death Squadron mandalorien et quelques assauts de la Principauté d'Halios. Son courage, sa force de volonté et ses capacités intellectuelles ainsi que son dévouement envers l'Empire furent remarqués par des recruteurs de la Garde Impériale, ce pourquoi contre l'attente de tout le monde, son profil fut retenu et on lui offrit de soumettre une candidature pour potentiellement rejoindre la prestigieuse Garde Impériale, et peut-être même la Garde Rouge si elle survivait à la formation. Avide des nouveaux défis et de servir plus encore l'Empire et sa Majesté Impériale, elle n'eut guère d'hésitation avant d'accepter, et au final d'être retenue parmis la vingtaine des meilleurs éléments impériaux... et dont elle fut la seule représentante du genre féminin, par ailleurs. Si elle pensait en avoir eu pour son compte et son grade jusqu'alors, elle allait vite revenir sur ses affirmations.

  L'apparence d'abord hospitalière de Yaga Minor où se trouvait l'académie de la Garde Rouge - et, ironiquement, se trouvait être aussi la terre d'où était originaire son "oncle" et ceux du sang de ce dernier - fut trompeuse et démentie dès qu'ils eurent atteints les alentours nettement plus accidentés et sauvages des terres reculées où était situé le centre de formation de la prestigieuse Garde Impériale. Si elle croyait être préparée en raison de sa formation initiale de fantassin, elle allait très rapidement revenir sur ses propos car leurs formateurs allaient très vite les contraindre à savoir aussi bien agir en équipe que se battre en tandem pour la survie. Scindés très tôt entre les deux Gardes, les forceux furent conduits dans les quartiers de la Garde Noire, tandis que les non-sensibles tels qu'elle furent amenés dans les quartiers de la Garde Rouge, les nouvelles recrues durent ainsi s'accoutumer à une vie en commun pas des plus évidentes entre les égos des uns et les habitudes des autres. Cordélia dut notamment faire face à des pressions concernant son appartenance à la gent féminine si rare au sein de la Garde, aux remarques machistes, provocatrices ou humiliantes des recrues comme de certains instructeurs mais elle tint bon par la force de son caractère et de sa capacité de résilience mentale.

Elle eut la surprise de constater que dès que le premier jour, ils furent répartis en binômes décidés et imposés par les formateurs, sans que leur avis ne soit consulté, et sans qu'ils n'aient la liberté de protester ou de les contester, moins encore quand ils surent que ce binôme devrait tenir tout au long de la formation qui s'échelonnerait pourtant sur plusieurs années. La petite jeune femme fut ainsi, ironie du sort, associée à l'une des recrues les plus prometteuses de sa promotion, le grand et robuste Jarred Tyrell. Les deux nouveaux élèves se toisèrent et se considérèrent fort froidement les premiers mois, l'homme n'appréciant clairement pas sa condition physique plus délicate couplée à sa petite taille, et Cordélia n'acceptant pas davantage son attitude hautaine et élitiste, qui la considérait comme simple "femme" qui n'était pas à la place qui devrait lui être dévolue. Ah ça, son oncle l'avait prévenue des rigueurs qui l'attendraient de pied ferme dans l'armée dès qu'elle voudrait s'élever même en tant que sous-officier ou qu'unité d'élite, mais par la tête de l'Empereur, ce ne serait pas demain qu'elle plierait l'échine face aux méprisants !

La formation fut rude, et encore, "rude" est un bien faible mot, un euphémisme pour décrire la réalité. Il fallut pour Cordélia redoubler d'effort pour renforcer tant bien que mal sa condition physique dans laquelle elle fautait tant afin d'être en mesure de tenir la formation et de ne pas être une entrave envers son équipier, sa propre fierté lui interdisant de s'abaisser à ce niveau. Ils furent éprouvés jusqu'à leurs limites et même au-delà de celles-ci, et Tyrell et elle furent obligés tôt ou tard par s'accommoder de la présence de l'autre, notamment dans les épreuves de survie en milieu hostile dans des zones aussi bien forestières, rocheuses, montagneuses que dans des marécages. Ils durent apprendre à agir en équipe pour pouvoir progresser tous deux en discrétion et en simulation d'opérations commando et de démolition. Puisant dans son expérience passée dans l'armée de terre, Cordélia ne lui fit pas défaut en capacité d'adaptation, d'improvisation et de travail en équipe une fois leurs tensions dépassées. Plus d'une fois elle manqua de tomber en escalade, mais elle s'accrocha, se relevant à chaque fois qu'elle faisait une chute, finissant très lentement mais sûrement à gagner l'approbation de ses pairs masculins et surtout de son équipier.

Plus d'une fois, ils furent appelés à s'entraîner l'un contre l'autre pour apprendre les arts martiaux propres à la Garde Rouge, notamment une version inspirée des anciens arts Échani, une dérivation créée bien des siècles plus tôt par Ved Kennede, et bien plus axée sur la violence que sur la beauté du style. Consciente des limites de sa condition physique, Cordélia se versa avec encore plus de profondeur dans la maîtrise d'autres arts martiaux, notamment les techniques qui s'étaient inspirées de près ou de loin du légendaire Teras Käsi. En tant que non-sensible à la Force, il était essentiel à ses yeux qu'elle apprenne le maximum de techniques qui puissent les contrer et qui lui soient accessibles. Elle se versa aussi au maniement de l'arme blanche légère, et tandis que nombre d'autres dont son équipier choisirent en arme principale la vibrolame double, la jeune femme surprit en ce qu'elle fit le choix peu commun et audacieux de préférer la vibrolame simple, avec la courte taille inspirée des katanas. Elle se rendit compte tôt qu'une seule lame ne suffirait pas, ce pourquoi tout au long des années qui suivirent elle se força à approfondir son apprentissage et sa maîtrise dans ces arcanes de l'escrime, jusqu'à pouvoir manier deux vibrolames simples en même temps, raffinant son art avec fort acharnement jusqu'au point de devenir l'une des plus fines lames... dans l'utilisation très spécifique de ce mode de combat. Sinon, elle demeura inepte à la double vibrolame, aux rires de ses pairs qui devinrent moins railleurs que taquins et plus propres à la camaraderie que la moquerie. Elle parvint toutefois à un maniement respectable de la pique-laser, qui lui ferait un bon complément à ses deux vibrolames simples outre d'être l'arme traditionnelle que tout Garde Rouge se devait de savoir utiliser décemment ! Très honnêtement, elle crut à plusieurs reprises qu'elle ne tiendrait pas physiquement avant que son corps ne la lâche, comme elle le confia parfois à sa mère ou à son "oncle" - une fois qu'elle eut accepté de lui pardonner - au sein de leur correspondance ou visites très occasionnelles voire rares. Mais, aussi difficiles furent-elles, Cordélia apprécia ces années, abruptes, comme les montagnes de Yaga Minor, éprouvantes, épuisantes, mais oh combien constructives et essentielles à la création d'un esprit d'équipe et de cohésion interne entre les différents membres qui composeraient, peut-être, un jour des fiers guerriers de la Garde. Contre toute attente, elle parvint à tisser au fil des années une solide amitié avec Tyrell et à trouver en lui un objectif à atteindre et à aspirer à dépasser, une barre placée très haute et qu'elle comptait bien égaler et ne pas démériter. Bien que leurs performances en équipe ne furent pas les meilleures de l'Académie, ils se trouvaient parmi les trois tandems les plus efficaces et ne déméritaient pas de manière individuelle, bien que Tyrell était clairement le plus doué de leur promotion et qu'elle se trouvait dans la tranche supérieure de la médiane.

Aussi fit-elle preuve d'une relative indifférence à l'annonce de l'organisation prochaine d'un Tournoi d'élection de l'Empereur. Le décès du précédent régent était bien entendu un triste évènement, mais cela faisait partie de l'ordre naturel des choses quand ce dernier trépassait de cause naturelle et de grand âge. Elle n'avait jamais eu grande affection pour les dirigeants provenant d'une longue tradition d'hypernautes, puisqu'ils faisaient souvent preuve d'un mépris plus ou moins prononcé et de suffisance subtile envers les non-sensibles à la Force, soigneusement drapées sous de belles paroles et éphémères considérations. Souhaitant bonne chance à son équipier dont elle ne doutait pas des chances d'être sélectionné ainsi qu'à ses pairs du même acabit, Cordélia offrit en signe de réconciliation et de bonne volonté à son père officieux la possibilité qu'ils puissent se rencontrer au termes du tournoi lors des célébrations qui auraient lieu. Après tout, il n'y avait aucune raison qu'elle n'occupasse autre rôle que celui de spectatrice d'un tournoi qu'elle regarderait pour les prouesses stratégiques et techniques plus que par réel intérêt politique. Peu importe le résultat, ses voeux avaient été prononcés : elle protégerait le souverain ou la souveraine qui serait sélectionné au terme de cette essentielle compétition aux grands enjeux.


 
À PROPOS DU JOUEUR



PRÉNOM/SURNOM • Voir Loralei
   SEXE • /
   ÂGE • /

ACTEUR/ACTRICE/PERSONNAGE DE L'AVATAR • Tatsu Yamashiro "Katana" (Suicide Squad & DC)

   MULTI-COMPTE • Voir Loralei
   COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM • /

 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °




_________________

Couleur RP : steelblue - Présentation - Databloc actualisé - Contacts et relations - Mémoires
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Alignement: Neutre
Âge: 31 ans
Armes: Katana en songsteel (x2), Pique de force (x1), Poignard (x1) et Pistolet-blaster (x1)
Impératrice & Ombre Pourpre

Impératrice & Ombre Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2016
Localisation : Bastion ou dans l'ombre de l'Empereur
MessageSujet: Re: L'Impératrice Reige Lun 28 Nov - 0:20


Histoire (Suite)

Tournoi d'Élection de l'Empereur (+998 ABY)

Aussi préféra-t-elle le jour de la sélection des équipiers des candidats hypernautes à la compétition de gagner les rangs de ceux qui ne se pressentaient pas à la sélection et d'exercer auprès d'eux ses aptitudes guerrières, histoire de ne pas rester les bras ballants. Revêtue comme le voulait la tradition en ce jour solennel de l'armure rouge d'entraînement avec un casque intégral des aspirants de la Garde Rouge, elle défia ainsi un autre candidat proche de son niveau loin de l'agitation des rencontres et discussions du principal terrain d'entraînement alors envahi par les hypernautes en quête d'équipiers performants pour coopérer avec eux tout au long de l'éprouvant et prestigieux tournoi. Au moins, le duel d'entraînement fut intéressant et elle fut satisfaite de pouvoir faire preuve de ses progrès avec ses deux vibrolames simples, puisant dans sa rapidité, sa souplesse et son agilité pour frapper avec la vigueur, démunie pourtant de grande force physique, du tourbillon qui lui avait valu le titre officieux de "Vif Argent". Elle remercia avec respect militaire et d'égal son pair. Plus les années passaient, plus les combats devenaient techniques, difficiles et autrement plus intéressants pour la perfectionniste - et en règle générale - que Cordélia demeurerait toujours.

Elle fut surprise de voir l'un des formateurs l'interpeller depuis la clôture de la zone d'entraînement annexe où ils se trouvaient actuellement, mais disciplinée, elle le rejoignit et salua d'un court hochement de tête celui qui l'accompagnait. Écoutant avec attention l'instructeur, elle porta son regard vers le visage inconnu et étranger à la Garde qui se tenait à ses côtés : un humain de taille moyenne pour quelqu'un de leur espèce - un peu moins du mètre quatre-vingt à vue d'oeil - et de carrure plutôt svelte et commune, avec des cheveux bruns courts et des yeux verts à la lueur intelligente et vive, pas beaucoup plus âgé qu'elle, habillé en civil... et un sabre-laser présent aux côtés d'un blaster à la ceinture. Lukan Reige, lui fut-il introduit, jeune Hypernaute de son état et candidat au Tournoi. Ayant retiré son casque par respect de bonne conduite, elle l'observait avec attention prudente de ses yeux gris et de ses traits plus secs par la formation, après qu'elle eut été introduite par l'instructeur, qui se plaça en retrait alors que l'hypernaute adressait directement la parole à la jeune femme. Sa proposition s'inscrivit à contre-courant de tout ce qu'on lui avait appris sur les critères généralement recherchés par les hypernautes pour leur équipier. Contre toute-attente, le bougre lui offrait d'être son équipière pour le tournoi, et ce n'était pas par mépris ou par raillerie, il était étonnamment... sérieux. Il n'était vraiment vraiment favori pour le tournoi, et elle-même ne comptait pas parmi l'élite des éléments de sa promotion, alors il était fortement improbable qu'ils aillent jusqu'au sommet mais après tout... pourquoi pas. Cela lui donnerait une occasion de faire preuve de sa valeur et qui sait, peut-être avoir d'intéressants opposants en situation presque réelle si cet hypernaute était en mesure de se défendre correctement. Cordélia ne déclinait jamais des défis constructifs... aussi officialisa-t-elle leur accord d'une ferme poignée de mains avec cet hypernaute bien étonnant.

Déconcertant. Voilà bien un mot qui pouvait résumer sa perception de Reige. Alors qu'ils avaient été séparés du reste de l'Académie et des autres sélectionnés pour des soucis d'anonymat des équipes dans des locaux bien isolés les uns des autres de l'arène bâtie sur Bastion en ces grandes occasions, il la frustrait par son manque apparent de sérieux et de motivation à l'entraînement commun pour qu'ils puissent s'adapter au style de combat de chacun et ainsi améliorer leur efficacité en équipe. Exaspérant, irritant, elle prit d'abord sur elle par de calmes remarques et suggestions, avant de clairement indiquer son irritation quant à son absence apparente de réelle implication dans sa candidature, que ce soit sur le terrain d'entraînement privé ou bien dans le petit studio qu'ils devaient partager le temps de la compétition, avec deux lits simples rapprochés.

Et pourtant, le finaud avait bien caché son jeu, force lui était de le reconnaître quand il finit par montrer ses véritables couleurs derrière son flemme, sa désinvolture et son désintérêt apparents pour la cause. Il se prouva être un adversaire nettement plus rusé et apte sur le plan tactique qu'il ne sembla l'être les premières heures, et parvint à plusieurs reprises à lui faire mordre la poussière quand elle était trop hardie ou agacée par son attitude. Pour la semaine de préparation qui leur fut accordée en guide de préparation, après des débuts tendus et électriques, ils parvinrent à oeuvrer sur leur travail d'équipe au combat contre des droïdes de combat au niveau adapté, et peaufiner leur stratégie afin de surprendre et de prendre de court les adversaires qui auraient la mauvaise idée de les sous-estimer. Lentement, mais sûrement, Reige parvint à gagner son respect sur le plan du mérite et des compétences de duelliste et de tacticien, qui n'avaient rien à jalouser des siennes, puis le respect se mua au cours des nombreuses manches du tournoi en amitié. Avec nonchalance mais efficacité suffisante il se prouva lors des premiers quarts et semi-finales, surprenant nombre de spectateurs par les performances inattendues de cet outsider et du Garde Rouge dont l'anonymat avait été, comme pour ses pairs, conservé au moins jusqu'à une éventuelle défaite. Ils n'impressionnaient pas par leur taille, leur carrure ou leur excellence individuelle, mais leur capacité de coopération en combat double prit mordre la poussière à plusieurs adversaires dont tous ne parvenaient pas à réellement se combattre en tandem.

Contre toute attente - la sienne incluse - ils atteignirent les demi-finales et la finale. La veille l'avait rendu nerveuse. Elle ignorait quels candidats avaient sélectionné quels pairs, et donc n'avait aucune idée de l'aspirant Garde Rouge contre lequel elle croiserait le fer, puisqu'ils étaient volontairement gardés dans l'aveuglement le plus complet concernant les participants des différentes poules. Tout au plus avait-elle connaissance des identités de ceux qui avaient été défaits... et surtout de l'opposant le plus puissant qu'ils auraient à affronter, ni plus ni moins que le favori du tournoi : le redoutable et rusé Lucius Grant, Hypernaute et bretteur éprouvé... mais aussi neveu du défunt Empereur. Elle n'avait aucune envie qu'il soit placé sur le trône au vu de ses idées très extrémistes pro-forceux, mais elle n'estimait pas hautes leurs chances de succès au cours de cette finale à venir, en toute objectivité. Ils devraient donner leur maximum et même au delà s'ils voulaient avoir ne serait-ce qu'une chance de s'en tirer plus ou moins indemnes, pire encore de vaincre. Et au vu de l'influence de Grant, il devait avoir choisi un combattant redoutable tant par les armes que par l'esprit tactique comme équipier. Voilà qui n'était guère de bonne augure.

Ironiquement, ce fut aussi le soir où elle se permit un léger relâchement dans sa discipline martiale et militaire habituelle. Après tout, qu'il advienne victoire éclatante ou défaite cuisante, ce serait probablement la dernière fois où ils pourraient se parler ainsi d'égal à égal, en dehors de leurs responsabilités, devoirs et fonctions respectives. Ce serait la dernière opportunité pour elle de discuter avec l'homme derrière le personnage, qu'elle avait appris contre sa propre attente à respecter voire à apprécier... fascinant comme le foyer d'un feu de camps dans une nuit bien sombre et glaciale, captivant et crépitant, mais dont les caresses brûlantes ne rongeaient pas sa peau, de ses doigts ardents naissait un brasier qui, sans la meurtrir, ne la laisserait sortir indemne de son étreinte.

La finale fut assurément l'un des combats les plus éprouvants auxquels elle dut se confronter, de toute son existence. Grant était tout aussi puissant, capable et intelligent que le Garde qui lui faisait face, ils étaient comme de simples humains qui feraient face à deux puissants wookies, mais elle ne fut pas impressionnée pour autant. Elle avait confiance en son équipier, et savait qu'ils feraient leur maximum pour se jouer à la loyale de leurs adversaires. Ceux-ci voulurent très tôt orienter le combat vers des duels individuels, Hypernaute contre Hypernaute, Aspirant Garde Rouge contre Aspirant Garde Rouge, comme ils l'avaient craints, mais ils s'étaient tous deux préparés à la pire situation et à comment y réagir pour contourner la difficulté et la renverser à leur avantage. Ce serait tout ou rien, tout serait joué comme un jet de dés décisif, aussi se battit-elle avec ténacité en puisant dans sa force de volonté. La Force, bien qu'elle en questionnait l'omnipotence et l'omniprésence, devait être dotée d'un drôle d'humour puisqu'elle reconnut dans la manière de se battre Jarred Tyrell comme son opposant. Par les étoiles... de tous les candidats, il avait fallu qu'elle mettre au travers de son chemin son meilleur ennemi en cette occasion !

Elle se rendit très tôt compte, avec un bref coup d'oeil vers Reige, qu'ils ne pourraient vaincre de manière individuelle leurs opposants. Oh, pour sûr, ceux-ci ne déméritaient pas en prouesses guerrières et en aptitudes de combattants, mais Cordélia fut étonnée de remarquer le manque de coordination et de coopération entre les deux équipiers adverses, cela ne ressemblait pas du tout à son équipier de se battre ainsi. Peut-être un manque de collaboration de la part du méprisant hypernaute, assez orgueilleux pour penser qu'il pourrait goûter au nectar de la gloire de ses seules forces, et que le réel intérêt du duel était de défaire l'hypernaute, que les Aspirants Gardes Rouges n'étaient qu'accessoires ? Quelle erreur sonnante, à ses yeux, et quelle insulte ! Elle ne fut que plus motivée à coopérer avec Reige, surprenant le public par leur excellente coordination malgré les difficultés notoires que leur imposait l'équipe adverse, il fallait le reconnaître, et Cordélia puisa dans toute son agilité et imprévisibilité pour tenter de frapper les points faibles de Jarred, celui-ci ne se privant pas pour lui rendre la politesse. Ils s'assurèrent de demeurer suffisamment près l'un de l'autre pour pouvoir combattre en tandem et intervenir au besoin pour appuyer l'autre.

Ainsi, Cordélia para quelques coups en traître ou trop rapides pour lui, Lukan repoussa une fois ou deux un Jarred trop intrépide par la Force ou par son sabre-laser. Ils furent contraints de donner le maximum d'eux-mêmes, jusqu'à risquer l'épuisement et la blessure, mais furent récompensés par l'efficacité de leur tactique coopérative et moins prévisible que la méthode choisie par leurs opposants. Ce fut une victoire assurément arrachée de peu, mais par un effort supplémentaire Cordélia put surprendre Jarred et par une série d'enchaînements implacables, le désarmer et le mettre à terre, une vibrolame contre sa gorge tandis que la double vibrolame de Jarred avait arraché tout le côté gauche de son casque, laissant une belle entaille sur sa joue. Haletante, blessée, meurtrie, endolorie, sans doute avec quelques entorses et micro-fractures, mais victorieuse. L'élément inattendu sembla être décisif pour déstabiliser assez la confiance de l'autre hypernaute pour que Reige puisse obtenir l'ouverture décisive malgré sa précédente mauvaise posture, désarmer son opposant et le contraindre à reconnaître sa défaite, sans contestation objectivement possible.

Ils avaient tous deux piètre allure, assurément. Ils étaient parmi les moins pressentis pour la finale et pis encore la victoire. Et pourtant, en ce jour, dans le sang, la sueur et la douleur, ils venaient d'inscrire leurs noms au panthéon très prestigieux des vainqueurs de la deuxième édition du Tournoi d'élection de l'Empereur. Une page se tournait, et un nouveau chapitre s'ouvraient à eux.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

Couleur RP : steelblue - Présentation - Databloc actualisé - Contacts et relations - Mémoires
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Alignement: Neutre
Âge: 31 ans
Armes: Katana en songsteel (x2), Pique de force (x1), Poignard (x1) et Pistolet-blaster (x1)
Impératrice & Ombre Pourpre

Impératrice & Ombre Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2016
Localisation : Bastion ou dans l'ombre de l'Empereur
MessageSujet: Re: L'Impératrice Reige Dim 26 Fév - 0:44


Histoire (Suite)


De l'Ombre Pourpre à l'Impératrice (+998 à +1000 ABY)


  Si cela avait été un honneur inégalé de se voir transmettre la lourde mais honorable responsabilité de l'Ombre Pourpre - qui plus est avec homologue son ancien équipier de l'Académie et ami, Jarred Tyrell - et de troquer ainsi son armure d'entraînement pour l'écarlate de l'armure intégrale de la Garde Rouge qu'elle se retrouvait propulsée à diriger. La Garde fut ainsi renouvelée en grande partie par l'élite des candidats de l'Académie, que ce soit dans les divisions Noires et Rouges. Toutefois, être la garde-du-corps du nouvel Empereur n'était pas une tâche reposante, très loin de là ! L'anonymat - très relatif - que lui apportait l'armure officielle d'Ombre Pourpre lui offrait un peu de paix malgré leur victoire au tournoi. Son nouveau métier, bien que très accaparant en termes de temps et ne laissant ainsi aucune place à la vie privée, lui plût assez vite et elle s'aguerri à son nouveau rôle de gestionnaire, dirigeante et représentante de la Garde Rouge et, plus indirectement, de la Garde Noire.

Toutefois, le début de règne fut nettement plus animé que son apparente tranquillité ne lui en donnait l'air. En effet, il devint rapidement d'importance que l'Empereur, désormais connu comme Lukan second, puisse trouver et prendre épouse, et ainsi favoriser la pérennité de la lignée impériale dont le précédent souverain, et fondateur du Nouvel Empire, remontait à sept siècles plus tôt. S'il bénéficiait d'une certaine popularité auprès des citoyens impériaux, il n'était pas exempt de comploteurs et d'ennemis, Cordélia nourrissant très tôt une méfiance envers des personnages plutôt extrémistes pro-forceux à l'instar du nouveau Commandant Suprême Lucius Grant et de son associée et Légat Noir Shizuko Raven. Cela se refléta aussi au cours de la période de fastueuses fêtes et réceptions organisées dans l'optique de présenter dames et demoiselles à marier des meilleurs partis : grandes familles impériales, familles de grands industriels, ou encore familles de puissances étrangères potentiellement alliées. Au cours de cette période, soucieuse de l'observation de son devoir et d'agir dans le bien de l'Empereur, la jeune femme prit plus de distance avec ce dernier par rapport au temps du tournoi, adoptant une attitude de plus en plus réservée, ferme, rigoureuse, silencieuse et peu loquace sinon en cas de besoin. Cependant, elle eut à coeur de se montrer digne de son devoir, et endossa pour aider l'Empereur en dehors de sa difficile protection différents rôles : garde-du-corps personnel, chef de la Garde Impériale, conseillère informelle, informatrice occasionnelle, amis puis meilleurs amis, proches, voire confidents au cours d'entretiens privés.

Marchant sur sa courte liaison passée, avant le couronnement de l'Empereur au terme du tournoi de +998 ABY, elle accepta sans faille de l'écouter et lui donner son avis quand il requérait son éclairage sur un sujet ou un autre. Ce fut aussi le cas dans le cadre du choix des candidates, sélectionnées par plusieurs de ses conseillées et filtrées par son - insupportable, de l'avis de Cordélia - influente mère et Directrice des renseignements impériaux, Ellora Y. Reige, que pourtant il écarta les unes après les autres pour des causes variées : les unes étaient seulement intéressées par le statut d'Impératrice plutôt qu'aux devoirs associés vis à vis de l'Empire, à la loyauté questionnable vis à vis de la cause impériale, ou seulement motivées par un intérêt personnel, sans oublier les quelques tentatives d'empoisonnement, d'assassinat et de drogue sur son impériale personne. En somme, comme elle l'apprendrait bien rapidement, quelques éléments de ce qui deviendrait bientôt composantes de la réalité et de son quotidien. Imperméable aux tentatives de séduction, déstabilisation et autres, Reige se montra difficile avec les choix et recommandations en la matière de ses conseillers, mais pas sans raison dut-elle l'admettre à l'époque bien qu'elle comprenait leur relatif découragement à trouver une épouse qui lui conviendrait, qu'il ne rejetterait pas dès les premières rencontres. Elle-même fut bien au fait des dossiers et profils des différentes prétendantes, puisqu'auprès de Jarred en tant qu'Ombre Pourpre elle dut donner son avis sur le plan de la fiabilité et sécurité, mais elle ravala ses propres inclinations pour donner un avis aussi neutre que possible.

Plusieurs semaines donc après la prestigieuse cérémonie de couronnement peu après le Tournoi d'élection de l'Empereur, un soir lors d'une entrevue dans les appartements privés du nouveau souverain, il requit son avis alors qu'il consultait un ensemble de fiches cartonnées représentant les prétendantes les plus éminentes et servant normalement comme carton de placement des invités lors des cérémonies officielles... ici, exclusivement les candidates. Elle accéda à sa requête quand il lui demanda d'étudier le tas de fiches cartonnées et d'en retirer les femmes qui ne correspondaient aux qualités essentielles attendues chez la prochaine impératrice telles que la loyauté, la sincérité, la force de caractère ou encore le patriotisme impérial. Avec méticulosité et professionnalisme, elle les retira l'une après l'autre après une étude minutieuse de chaque profil... et de tomber sur la sienne. Qui avait été le petit malin pour l'ajouter à l'ensemble ? Cordélia savait fort bien qu'elle ne saurait avoir l'outrecuidance de seulement penser à cette possibilité : elle n'avait ni nom, ni statut civil et social enviable, et elle ne voulait en aucun cas forcer son oncle officiel - père officieux - à rompre un secret garder sous le sceau du silence depuis plus de trois décennies, sans compter ses obligations en tant qu'Ombre Pourpre. Ainsi, elle l'écarta sans hésitation, Reige lui demandant presque aussitôt quelles qualités lui faisaient défaut. Même quand elle lui mentionnant son tact diplomatique et son sens politiques médiocres, il repoussa son contre-argument en avançant qu'il ne s'agissait pas de qualités intrinsèques, mais qui pouvaient être apprises. Bien déterminé à la convaincre en contrecarrant ses arguments, sans pour autant la contraindre, lui offrant tant l'assurance de sa confiance en elle et en ses capacités pour les devoirs d'Impératrice que la sincérité de son affection envers elle, et que la possibilité de partager officiellement leurs devoirs, leurs nuits, leurs coeurs et si cela fonctionnait, cristalliser tout cela dans la durée par l'union la plus sacrée et officielle qu'était le mariage. Lentement mais sûrement convaincue par ses propos et arguments, elle accepta sa demande à la joie du concerné, laissant ce qui n'avait été au départ qu'une courte liaison passionnelle et secrète bourgeonner et fleurir en union conjugale, stable et socialement reconnue. Elle fut ainsi couronnée, au cours de la cérémonie de mariage, en tant qu'Impératrice au crépuscule de l'an 998 après la Bataille de Yavin IV.

Si la perspective de pouvoir mener une vie officielle avec l'homme qui avait fini par retenir son attention et son respect était agréable, cette nouvelle vie demanda de Cordélia beaucoup d'efforts d'adaptation dans ce milieu qu'elle connaissait peu en tant qu'actrice, plutôt qu'en tant que spectatrice. Il lui fallut bien les deux années qui suivirent pour s'habituer à ses nouvelles fonctions, tout en occupant toujours les responsabilités de l'Ombre Pourpre "officieuse" - ayant échangé ses devoirs avec ceux de Jarred, avec l'accord de ce dernier. Cependant, elle doit composer avec un double-visage, celui officiel de l'épouse de l'Empereur, mécène culturel, occasionnelle ambassadrice diplomatique et représentante politique de l'Empereur quand ce dernier ne pouvait être présent, avec lequel elle apprend toujours à se familiariser. En ce but, elle a du très tôt tisser un réseau fiable de collaborateurs et conseillers efficaces, parmi eux se trouvant son oncle Wilfried Traeda, aussi Moff de Yaga Minor, l'oncle de son époux Kendall Reige, et son père Ludwig Traeda, les deux derniers étant généraux de marine et vétérans. Ce dernier oeuvra avec finesse pour reconnaître sa paternité vis à vis de Cordélia quand la contestation de certains influents fut trop grondante, prêtant ainsi à la jeune femme la protection et la reconnaissance du nom de la maison noble des Traeda, par l'habile stratagème qu'il eut mis en place avec son frère Wilfried. Apprenant auprès d'eux et de rares collaborateurs proches les subtilités de la politique et de l'art diplomatique, elle a toutefois encore du chemin à parcourir en tant que jeune Impératrice. En effet, en dépit de la relative paix galactique en vigueur depuis les trois derniers siècles, plusieurs factions influentes cherchent à laisser leur marque dans la politique de l'Empereur, voire à le faire trébucher ou tomber afin de satisfaire leurs ambitions propres... elle doit donc demeurer des plus vigilantes pour assurer la protection de son souverain et époux, tout en restant sur ses gardes pour sa propre sécurité avec des risques similaires. De même, beaucoup de pression repose sur ses épaules quand au devoir de concevoir un voire plusieurs héritiers pour l'Empire, ce qui de nos jours n'a pas encore été atteint. À l'aube de la deuxième année de règne et de soutien auprès de l'Empereur, de nombreux défis attendent encore la jeune Traeda Reige.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

Couleur RP : steelblue - Présentation - Databloc actualisé - Contacts et relations - Mémoires
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Impératrice Reige
Revenir en haut Aller en bas
L'Impératrice Reige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Alix l'impératrice
» Sysy l'impératrice ♫
» Kazuma (renom, honneur, prime)
» Ce qu'il se passera dans le tome 8. (spoilers ;D)
» De quoi parlera le tome 8 ? (Mettez ici vos idées !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Fracturae :: Base de données :: Identification :: Registre des Fiches Évaluées :: Fiches Validées-
Sauter vers: